22/06/2016. FR. San Miguel ( Chaparrastique) , Santiaguito , Copahue , Hekla.

Home / blog georges Vitton / 22/06/2016. FR. San Miguel ( Chaparrastique) , Santiaguito , Copahue , Hekla.

22/06/2016. FR. San Miguel ( Chaparrastique) , Santiaguito , Copahue , Hekla.

22/06/2016.

 

 

San Miguel (Chaparrastique), El Salvador :

Les techniciens de l’Observatoire de l’environnement continuent de surveiller l’activité. Hier, deux volcanologues ont repris les mesures de température et de dioxyde de soufre émanant du cratère. La température déterminée est inférieure à 100 degrés Celsius, bien que, selon l’expert, Demetrios Escobar, elle reste élevée.
Jusqu’à hier, le panache de gaz émanant du cratère était dense, mais beaucoup moins que le samedi après l’explosion qui a eu lieu à 04h00.

chaparrastique

Elle n’est plus chargée en cendres comme le premier jour, mais le nuage d’émission contient encore du gaz soufflé par le vent vers le Nord et le flanc Ouest du volcan.
Le fort dégazage est porté par les vents et peut affecter la population située dans la zone inférieure du volcan en fonction de sa direction,  qui est principalement vers le Sud-Ouest du cratère
Ces changements ont présenté des preuves que le volcan est actif. Les fluctuations des paramètres contrôlés sont enregistrés et fréquemment observés, et ils indiquent des anomalies dans le système.

Compte tenu de l’activité en cours , l’apparition de nouvelles explosions de faible à modérée amplitude n’ est pas rejetée. Cependant, les paramètres surveillés continuent d’augmenter , le scénario pourrait devenir une éruption effusive de matériaux magmatiques soit à travers le cratère central ou sur les flancs de la structure volcanique.

Au cours des 24 dernières heures, la mesure de l’amplitude sismique enregistrée à la station sismique VSM , située à 1700 mètres d’altitude sur le flanc Nord du volcan, ont fluctué entre 174 à 237 unités RSAM / heure en moyenne, avec une moyenne de 221.

index

Les gaz émanant du cratère du volcan sont portés par le vent vers le Sud-Ouest, de sorte que les communautés vivant dans la région peuvent percevoir l’odeur de soufre. En réponse, l’utilisation de masques ou de tissus humides est recommandée lorsqu’il est remarqué une odeur de soufre et il est conseillé d’essayer de quitter la zone .
Ce type d’activité du volcan peut continuer, il est donc recommandé de ne pas être dans la partie supérieure du cône en raison du danger de chute de matière éjectée par une explosion , ainsi qu’également à cause du risque respiratoire du  à des concentrations élevées de gaz magmatiques dans la zone cratère.

Le MARN poursuit sa surveillance améliorée du volcan, maintient une communication étroite avec la Direction générale de la protection civile et les observateurs locaux. Le MARN invite les journalistes et les personnes à ne pas approcher le sommet du volcan, en raison du degré de danger que ceci représente .

 

Source : Marn

 

Santiaguito, Guatemala :

 

Le volcan Santiaguito a subit plusieurs changements .

Des représentants du Coordonnateur national pour la prévention des catastrophes du Guatemala (Conred) rapporte des changements sur le volcan Santiaguito. Le personnel de la Conrad à Retalhuleu a rapporté que le volcan Santiaguito a tendance à se creuser en raison de l’activité intense qui a été maintenue.
Pedro Perez  a déclaré que l’activité récente du volcan, a provoqué des changements dans sa structure, parce que le matériau situé dans la zone du cratère a été éjecté, l’amenant à s’élargir.
Il a ajouté que l’explosion de lundi soir dernier a enregistré un orage due aux particules de cendres libérées par le volcan ayant une charge positive et négative.

santiaguito

Un bulletin d’information publié par l’Institut national de sismologie, volcanologie, météorologie et d’hydrologie du Guatemala (INSIVUMEH) précise que, à 22.39 heures le dernier lundi, une forte explosion qui a envoyé des particules de cendres à 5000 mètres au-dessus du niveau de la mer a été enregistrée.
A Coatepeque, Quetzaltenango, les habitants ont rapporté qu’une mince couche de cendres avait recouvert les cultures, les légumes et les toits des maisons, ainsi que dans certaines communautés au Sud de San Marcos.
Le volcan Santiaguito est situé dans le département de Quetzaltenango, dans les montagnes occidentales du Guatemala à 2550 mètres d’altitude.
Situé à 11 km de la ville de Quetzaltenango, il est visité par de nombreux touristes et les alpinistes locaux qui sont attirés par l’aventure que représente l’observation des explosions et qui viennent admirer un paysage hostile, par rapport à d’autres volcans au Guatemala.
Parmi les particularités de ce volcan est son emplacement, attaché au pied du volcan Santa Maria. 

Source : TN8

 

Copahue ,  Chili :

Le niveau d’activité du volcan est au niveau :
 NIVEAU JAUNE :  changements dans le comportement de l’activité volcanique – temps probable pour une éruption: semaines / mois.

– Au cours de cette période 332  événements sismiques ont été enregistrées, dix-sept (17)  ont été classés comme volcano-tectoniques (VT) associé à des procédés de fracturation de matériau rigide. De même, trois cent quinze (315) événements associés a la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, identifiés comme des tremblements de terre volcaniques longue période (LP) et très longue période (VLP) ont été enregistrés .

copahue

– En ce qui concerne la sismicité VT, magnitude locale (ML) était inférieur ou égale à M1,5. L’événement de plus grande énergie était situé sur le flanc Sud-Est (SE) , à  5,3 km cratère par rapport au cratère El Agrio avec une profondeur d’environ 8,2 km.
– En ce qui concerne les événements liés à la dynamique des fluides, les événements de type LP ont présenté des grandeurs locales (ML) de moins de M1,2 , tandis que les événements  VLP ont présenté des grandeurs locales ( ML) inférieures à M1,7 ; ces événements ont été localisés autour du cratère.
– Tout au long du mois, il a été noté un signal de tremor constant, augmentant légèrement en amplitude ces derniers jours et principalement associé  à la sortie de matière particulaire (gaz et de cendres) du cratère El Agrio . Les fréquences dominantes sont en général concentrées dans une largeur de bande allant de 0,5 à 2,7 Hz, sauf pour les derniers jours où le domaine de fréquences a été compris entre 3,5 et 4,0 Hz combinant les caractéristiques du tremor et des événements LP continus et répétitifs,  signaux caractéristiques dans les processus précédents du volcan.
– A partir des données obtenues à partir des quatre (4) stations GNSS, la déformation de la surface du volcan est apparue stable.

copahue

L’émission de dioxyde de soufre (SO2) enregistrée sur le volcan Copahue par l’équipe DOAS (Spectrométrie par Absorption optique différentielle ) Station Triplets, installé à 5 km à l’Est-Nord-Est (ENE) du cratère actif, a présenté une valeur moyenne de 1844 ± 2040 t/jour et une valeur maximale de 5848 t / jour, relevée le 8 Juin, cette valeur est considérée comme élevée pour ce volcan.
– Les caméras IP installées près du volcan ont enregistré une émission de gaz constante du cratère actif (El Agrio), une incandescence a été observée tout au long de la période. Cependant, ces derniers jours, il y a eu des augmentations spécifiques de l’intensité et de la hauteur, des exhalaisons de gaz associées à une température plus élevée et, éventuellement, de petites explosions phréatiques ou  des «projections» d’objets balistiques limités à la zone du cratère.


copahue

– Le rayonnement thermique publié par Mirova (Moyen InfraRed Observation ) sur son site Internet (http://www.mirovaweb.it/) et MODVOLC (Moderate Resolution Imaging spectroradiomètre) MODIS sur son site Internet (http: // modis .higp.hawaii.edu /),  systèmes de surveillance qui indiquent des changements significatifs dans la température de surface, a noté des anomalies thermiques qui ont été observées au cours de la première quinzaine du mois, le 04, 08, 11, 13 et 14 , avec des enregistrement d’une valeur de puissance radiative maximale (PRV) de 14 MW le 14 Juin, valeur considérée modérée.
Tout ceci suggère  une nouvelle intrusion de magma dans les couches de surface, peut-être un petit volume en fonction de l’absence de signes significatifs de déformation du volcan.  Par conséquent,  est considéré comme zone à haut risque celle contenue dans un rayon de 1,5 km autour du cratère El Agrio et il est recommandé d’en limiter l’accès
.

Source : Sernageomin.

 

Hekla , Islande :

 L’éruption du volcan Hekla pourrait déclencher une «catastrophe majeure» à tout moment,  avertissent les experts .

Le volcan en Islande pourrait initier une «catastrophe majeure» avec une éruption à tout moment, selon un expert en géophysique qui a mis en garde. Situé dans la partie Sud du pays, l’ Hekla a eu sa dernière éruption en 2000 et les scientifiques disent qu’une autre pourrait arriver – ce qui pourrait causer une perturbation généralisée des vols à travers le continent.
Le professeur de géophysique , Páll Einarsson, de l’Université d’Islande, a mis en garde les gens de ne pas se rendre sur le volcan, qui est populaire auprès des touristes. Selon le professeur, les enregistrements de l’intérieur du volcan sont plus élevés qu’avant ses deux dernières éruptions, ce qui signifie qu’il pourrait exploser à tout instant après 16 ans de silence. « L’Hekla est un volcan dangereux », a t-il dit  . « Nous pourrions envisager une catastrophe majeure quand la prochaine éruption commencera si nous ne faisons pas attention.

 hekla

Hekla en éruption – l’avion à gauche donne l’échelle du panache de cendres – photo RAX / Visir.is , non datée

« L’Hekla est devenu  une destination touristique très populaire. De nos jours, il y a des groupes de touristes sur l’ Hekla , l’été. « Il y a aussi de  20 à 30 avions remplis de passagers volant juste au-dessus du haut de Hekla tous les jours. » Le pays a quelques-uns des volcans les plus actifs du monde, avec une surveillance étroite .
Le p
rofesseur Einarsson a expliqué que les mesures indiquent que l’ Hekla s’était rechargé en magma, et que la pression interne était considérablement plus élevé que ce qu’elle était avant ses dernières éruptions. Avant 2000, le Mt Hekla avait éclaté régulièrement tous les dix ans depuis 1970. Le professeur Einarsson a ajouté: «Ceci est un moment risqué que nous devons prendre au sérieux. « l’Hekla est prêt – à tout moment. »

Source : L’ INDEPENDANT

Photo : Rax

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search